Suivez-nous
 >   >   >   > Texte de Hugo

Annales Bac 1ère STI : Texte de Hugo

Le sujet

  2005 - Bac 1ère STI - Français - Commentaire littéraire
Imprimer le sujet


Vous commenterez le texte de Victor Hugo (Texte B) de "Fantine jeta son miroir par la fenêtre." à la fin du texte, à partir du parcours de lecture suivant :

- Comment Hugo montre-t-il que la société pousse inévitablement Fantine à la prostitution ?
- Quel effet produit sur le lecteur la description des différentes étapes de la déchéance matérielle, physique et morale de Fantine ?

Texte B : Victor Hugo, Les Misérables, première partie, livre cinquième, chapitre X "La descente", 1862.

Dans ce roman, Fantine, modeste couturière à domicile, rencontre de plus en plus de difficultés financières pour nourrir sa fille Cosette, qu'elle a été obligée de confier à un couple de gens malhonnêtes et rusés, les Thénardier. Pour payer les frais d'une maladie inventée par ces derniers, Fantine doit vendre ses cheveux, puis deux dents. C'est ainsi que Marguerite, une collègue de travail, la découvre un matin.

        Fantine depuis la veille avait vieilli de dix ans.
        -Jésus ! fit Marguerite, qu'est-ce que vous avez Fantine ?
        -Je n'ai rien, répondit Fantine. Au contraire. Mon enfant ne mourra pas de cette
      affreuse maladie, faute de secours. Je suis contente.
5       En parlant ainsi, elle montrait à la vieille fille deux napoléons(10) qui brillaient sur la table.
        -Ah, Jésus Dieu ! dit Marguerite. Mais c'est une fortune ! Où avez-vous eu ces louis
      d'or ?
        -Je les ai eus, répondit Fantine.
        En même temps elle sourit. La chandelle éclairait son visage. C'était un sourire
10   sanglant. Une salive rougeâtre lui souillait le coin des lèvres, et elle avait un trou noir dans
      la bouche.
        Les deux dents étaient arrachées.
        Elle envoya les quarante francs à Montfermeil(11).
        Du reste c'était une ruse des Thénardier pour avoir de l'argent. Cosette n'était pas
15   malade.
        Fantine jeta son miroir par la fenêtre. Depuis longtemps elle avait quitté sa cellule(12) du
      second pour une mansarde fermée d'un loquet sous le toit ; un de ces galetas(13) dont le
      plafond fait angle avec le plancher et vous heurte à chaque instant la tête. Le pauvre ne
      peut aller au fond de sa chambre comme au fond de sa destinée qu'en se courbant de plus
20   en plus. Elle n'avait plus de lit, il lui restait une loque qu'elle appelait sa couverture, un
      matelas à terre et une chaise dépaillée. Un petit rosier qu'elle avait s'était desséché dans
      un coin, oublié. Dans l'autre coin, il y avait un pot à beurre à mettre l'eau, qui gelait l'hiver,
      et où les différents niveaux de l'eau restaient longtemps marqués par des cercles de glace.
      Elle avait perdu la honte, elle perdit la coquetterie. Dernier signe. Elle sortait avec des
25   bonnets sales. Soit faute de temps, soit indifférence, elle ne raccommodait plus son linge.
      A mesure que les talons s'usaient, elle tirait ses bas dans ses souliers. Cela se voyait à de
      certains plis perpendiculaires. Elle rapiéçait son corset(14), vieux et usé, avec des morceaux
      de calicot(15) qui se déchiraient au moindre mouvement. Les gens auxquels elle devait(16), lui
      faisaient "des scènes", et ne lui laissaient aucun repos. Elle les trouvait dans la rue, elle
30   les retrouvait dans son escalier. Elle passait des nuits à pleurer et à songer. Elle avait les
      yeux très brillants et elle sentait une douleur fixe dans l'épaule, vers le haut de I'omoplate
      gauche.
      Elle toussait beaucoup. Elle haïssait profondément le père Madeleine(17), et ne se
      plaignait pas. Elle cousait dix-sept heures par jour ; mais un entrepreneur du travail des
      prisons, qui faisait travailler les prisonnières au rabais, fit tout à coup baisser les prix, ce
35   qui réduisit la journée des ouvrières libres à neuf sous. Dix-sept heures de travaiI, et neuf
      sous par jour ! Ses créanciers étaient plus impitoyables que jamais. Le fripier, qui avait
      repris presque tous les meubles, lui disait sans cesse : Quand me payeras-tu coquine ?
      Que voulait-on d'elle, bon Dieu ! Elle se sentait traquée et il se développait en elle quelque
      chose de la bête farouche. Vers le même temps, le Thénardier lui écrivit que décidément il
40   avait attendu avec beaucoup trop de bonté, et qu'il lui fallait cent francs, tout de suite ;
      sinon qu'il mettrait à la porte la petite Cosette, toute convalescente de sa grande maladie,
      par le froid, par les chemins, et qu'elle deviendrait ce qu'elle pourrait, et qu'elle crèverait, si
      elle voulait.
        -Cent francs, songea Fantine ! Mais où y a-t-il un état(18) à gagner cent sous par jour ?
45     -Allons ! dit-elle, vendons le reste.
        L'infortunée se fit fille publique(19).

(10) : deux napoléons : pièces d'or.
(11) : Montfermeil : village où habitent les Thénardier avec Cosette.
(12) : cellule : petite chambre.
(13) : galetas : logement misérable et sordide sous les toits.
(14) : corset : gaine lacée en tissu résistant, qui serre la taille et le ventre des femmes.
(15) : calicot : toile de coton assez grossière.
(16) : devait : devait de l'argent.
(17) : père Madeleine : monsieur Madeleine, riche industriel, ancien employeur de Fantine qu'elle rend, à tort, responsable de la perte de son emploi précédent.
(18) : état : métier.
(19) : fille publique : prostituée.
 

2014 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite
Résultats du bac 2013

Consultez les résultats du brevet, BTS, CAP, BEP

Corrigé du bac

Consultez les corrigés du brevet