PROFITEZ DE LA VERSION MOBILE !
Avec la version mobile, je consulte rapidement les résultats disponibles et crée mes alertes pour être informé directement par e-mail ou SMS des résultats en attente.
Suivez-nous
 >   >   >   > Opiacés, analgésie et drogue

Annales Bac 1ère ES : Opiacés, analgésie et drogue

Le sujet  2004 - Bac 1ère ES - Sciences - Questions Imprimer le sujet

Le traitement de la douleur au quotidien

Document 1

Chez des patients sélectionnés de façon appropriée, les pompes antidouleur peuvent améliorer la qualité de vie.
Nombre de confrères ont peur, encore aujourd'hui, de prescrire en quantité suffisante des opiacés efficaces. On trouve dans la littérature la preuve qu'une opiothérapie(1) orale permet fréquemment d'obtenir une bonne réduction de la douleur. La condition pour un bon contrôle de la douleur, sans tendance à l'accoutumance, est la prescription régulière d'opiacés au titre d'une prophylaxie(2) de la douleur. Cette condition est remplie grâce aux pompes implantables qui délivrent le médicament en administration continue dans le liquide céphalorachidien(3) au niveau de la moelle épinière. De même, l'administration continue d'opiacés semble, contrairement à l'administration intraveineuse en bolus(4), ne pas favoriser le développement d'une tolérance.
L'utilisation du liquide céphalorachidien comme véhicule pour le transport des opiacés en administration continue par les pompes a pour origine les observations faites par Yaksh et Rudy en 1976. Ces derniers ont réussi à obtenir une analgésie (suppression de la douleur) relativement sélective sans porter atteinte aux fonctions tactiles, motrices (...).

(1) opiothérapie : traitement médical utilisant les opiacés
(2) prophylaxie : prévention de l'apparition
(3) liquide céphalorachidien : liquide du système nerveux central
(4) en bolus : sur une courte période et à forte dose

D'après un article du Dr Otto Ingold
www.dolor.ch

Document 2

Quantité de morphine disponible au niveau des récepteurs

Mode d'Injection

Quantité administrée

Concentration dans le liquide céphalorachidien

Par voie intraveineuse

60 mg

400 mmol.L-1

Dans le liquide céphalorachidien

1 mg

5 000 000 mmol.L-1

D'après un article du Dr Otto Ingold
médecin en anesthésiologie
www.dolor.ch

Première question (10 points)
Saisir des données et les mettre en relation

Montrez en quoi l'utilisation des pompes antidouleur, pour administrer de la morphine, présente des effets plus bénéfiques que les injections intraveineuses.

Deuxième question (10 points)
Mobiliser des connaissances et les restituer

Après avoir défini les notions de drogue et de toxicomanie, exposez les effets sur l'organisme d'une consommation régulière et prolongée d'une drogue.

2014 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite
Résultats du bac 2013

Consultez les résultats du brevet, BTS, CAP, BEP

Corrigé du bac

Consultez les corrigés du brevet