Suivez-nous
Faites-vous partie du dispositif "Meilleurs bacheliers" ?
Le blog France Examen
L'actu des examens : BAC, BREVET, CAP, BTS...Suivez au jour le jour l'actualité du bac, du brevet et des autres examens

Faites-vous partie du dispositif "Meilleurs bacheliers" ?

Mis à jour par Corinne Dillenseger
le

Vous avez demandé à intégrer une filière sélective après le bac, mais elle vous a été refusée. Vous avez peut-être une chance de voir votre voeu exaucé grâce au programme "Meilleurs bacheliers".

[MAJ 16/09/2015] Selon les derniers chiffres publiés par le ministère de l’enseignement supérieur, 15 000 bacheliers ont été éligibles au dispositif en 2015, 5 775 candidats ont souhaité participer au dispositif, 1 641 ont accepté une proposition dans une filière sélective contre 223 en 2014, année d’expérimentation

[MAJ 20/07/2015] Le dispositif a aidé près de 5 000 bacheliers, une majorité de filles (60%) et des élèves provenant plus de filières générales et professionnelles (40% chacune) que des filières technologiques, selon Le Figaro.

10% des terminales de chaque lycée ayant obtenu les meilleurs notes au bac se sont vus proposer le 7 juillet, jour des résultats du bac 2015, de participer au dispositif des "meilleurs bacheliers". Cette mesure vise à permettre aux lycéens les plus méritants de chaque voie - générale, technologique et professionnelle - d’intégrer une filière sélective de l’enseignement supérieur public, même lorsque celle-ci a été refusée via la plateforme Admission postbac (APB). Les formations concernées sont les prépas, les BTS, les DUT, les écoles d’ingénieurs, quelques écoles de commerce et les IEP de province, Sciences-Po Paris étant un établissement privé.

Une seconde chance mais pas pour tous

Pour le ministère de l’Education nationale, il s’agit de "récompenser le mérite partout sur le territoire et de lutter contre l’autocensure de certains jeunes dans leur orientation". L’idée est avant tout de donner un coup de pouce aux lauréats du bac issus de milieux défavorisés et "de contourner les pratiques de certains établissements qui tiennent compte, dans le processus de sélection, du lycée d’origine de l’élève" confiait un conseiller de Najat Vallaud-Belkacem au site Libération. Pour autant, les filières d’excellence sont libres d’accepter ou non ces meilleurs bacheliers… Par exemple, les écoles d’ingénieurs ont demandé à pouvoir examiner chaque dossier avant d’accepter les postulants. Le réseau des Sciences Po réclame d’abord aux postulants de participer au programme d’études intégrées (PEI).

Un choix d’orientation finalement limité

A ce jour, 10% des "meilleurs bacheliers" ont reçu un message via APB pour les informer qu’ils peuvent bénéficier de la mesure. Sont concernés ceux qui n’ont pu accéder à leur premier voeu et qui n’ont pas eu d’admission dans une filière d’excellence. A y regarder de plus près, le dispositif s’avère plutôt restrictif. "Si un bon élève manquant d’assurance a choisi une classe prépa en deuxième vœu, mais que son premier voeu – l’université –, a été validé, il ne sera pas contacté. Alors qu’il l’aurait été à coup sûr s’il n’avait pas obtenu cette même classe prépa sélectionnée en premier vœu" (Source : Le Monde). Les bacheliers sélectionnés ont jusqu’au jeudi 9 juillet au soir pour valider leur orientation. "Un jeune qui a eu une licence peut tout à fait ne pas vouloir changer d’avis" signale le ministère. Le vendredi 10 juillet au matin, la liste des dossiers à traiter sera connue. Elle sera ensuite répartie sur les rectorats concernés qui contacteront les lycéens pour leur annoncer la nouvelle.

En 2014, 219 bacheliers ont profité du dispositif

Ce dispositif n’en est pas à son premier coup d’essai. Lancé en 2014, il a concerné près de 6 000 jeunes, mais les rectorats n’avaient réussi à en joindre que 1 000. Parmi eux, seuls 219 avaient accepté de se réorienter, selon Les Echos. 85,4 % avaient rejoint un BTS, 9,6 % une classe préparatoire, et à peine 5 % un IUT. Un succès mitigé qui s’explique par le fait que la majorité des élèves avait déjà été acceptée dans la filière de leur choix avant de connaître leurs résultats au bac. Par ailleurs, certains lycéens n’avaient pas été avertis à temps, d’autres étaient déjà partis en vacances ou n’étaient même pas au courant du dispositif. A noter que parmi les élèves ayant profité du programme, près de la moitié était titulaire d’un bac pro.

Actus, examens...

suivez-nous sur :
Facebook Twitter Google + Lettre d'information

Les termes

les + consultés