Suivez-nous
 >   >   >   > Texte de Jean Rostand

Annales gratuites Bac 1ère L : Texte de Jean Rostand

Le sujet  1996 - Bac 1ère L - Français - Etude de texte Imprimer le sujet
LE SUJET

(réponse du biologiste Jean Rostand au discours de Louis Armand : réception de M. Louis Armand à l'Académie française, le 19 mars 1964).


[...] Certes, il n'est plus aujourd'hui personne pour dire, avec EMERSON(1), que l'invention technique est inutile aux élites et périlleuse pour les masses, ou, avec le sage chinois, que les techniciens ont pourri le coeur des hommes. Aux innovations qu'on nous présente, nous n'avons garde d'opposer le puéril misonéisme d'un RUSKIN(2) qui, pour narguer les locomotives, se promenait en calèche le long des voies ferrées, ou de ce membre de l'Institut qui ne voulait pas qu'on distribuât l'eau aux Parisiens sous prétexte que "l'usage des thermes à Rome fut le germe de la décadence"!

Mais, pour être plus nuancée, l'opposition à la technique n'en est pas moins ferme en beaucoup d'esprits.

On lui fait grief de dépersonnaliser l'homme, de l'humilier en le faisant rivaliser avec la machine, de le dépayser en substituant un monde d'artifice au monde naturel, de le dégrader en l'invitant à croire que le progrès consiste d'abord aux gains matériels. On lui reproche de créer des besoins factices, de multiplier les tentations et les diversions médiocres. On dénonce, avec GEORGES DUHAMEL, l'ambiguïté de ses dons, l'impureté de ses services : on gémit, avec RENE LAFORGUE, de voir s'instaurer un culte du robot qui nuit à l'épanouissement de l'âme.

Sans parler de ceux qui prophétisent l'heure où l'homme succomberait à la satiété de l'omnipotence(3), et de ceux qui s'épouvantent de voir, par la biologie, l'homme tomber à la merci de l'homme...

Bientôt, n'allons-nous pas en effet, disposer de tels moyens d'action sur la matière vivante que la seule pensée d'en user nous donne le vertige ? Au seuil du "meilleur des mondes", nous voici au point de commander à l'hérédité, d'altérer le fonds génétique de l'espèce, d'intervenir dans les faits de sensibilité, de mémoire, de pensée. Demain, l'Homo biologicus - sujet et objet tout ensemble - ne pourra se soustraire à l'atteinte de ses propres pouvoirs. Que fera-t-il de soi ? A l'image de quoi voudra-t-il se recréer ? Où apprend-on le métier de Dieu ?

A ce concert d'inquiétudes, de tons si variés, et qui trouvent un écho jusqu'en notre littérature, vous vous appliquez, Monsieur, par vos écrits, par vos paroles, à apporter l'apaisement. Vous êtes un habile, un ingénieux défenseur de la technique ; et si votre plaidoyer, peut-être, ne réussit pas à dissiper toutes les appréhensions qu'elle nous cause, du moins il ajoute aux raisons que nous avons d'en faire estime.

Il ne vous suffit pas qu'on se résigne aux gains de la technique comme à un mal nécessaire, et en concédant du bout des lèvres qu'on en tire quelques avantages, tel celui, peut-être, de se trouver encore en vie, vous ambitionnez pour elle une adhésion plus chaude, un consentement plus éclairé. Vous voulez que chacun prenne conscience de ce qu'elle apporte à tous, non seulement dans l'ordre de la chair, mais dans ceux, plus éminents, de l'esprit et de la charité.

Et c'est sans peine qu'avec les ressources de votre dialectique et de votre érudition, vous nous la présentez toute différente de cette grossière matérialiste qu'on voit trop volontiers en elle. Vous nous rappelez comme elle libère l'intelligence pour la spéculation et la recherche, comme elle féconde et vivifie les sciences ; et, tout spécialement, vous attirer notre attention sur le concours, moins connu, qu'elle apporte aux lettres et aux arts, voir à la critique littéraire. Ne permet-elle pas de dater avec précision des manuscrits, des tableaux, des monuments ? N'est-ce-pas grâce aux machines électroniques qu'on a pu s'assurer que l' Iliade et l' Odyssée sont issues d'un même auteur, et que peut-être on déterminera la paternité des stances d' Othello ? Et quelle ne devrait-être, envers la technique, la gratitude de tous les écrivains, dès lors que, protégeant le papier d'imprimerie contre l'attaque d'un pernicieux champignon, elle assure à tous leurs écrits une chance d'immortalité !

Jean ROSTAND, De la technique.


(*) Lors de la réception d'un nouvel académicien, celui-ci prononce un discours devant l'ensemble des membres et des personnalités invitées à la cérémonie. Un académicien lui adresse un discours en réponse.

(1) : RALPH WALDO EMERSON : philosophe américain (1803-1882)

(2) : misonéisme : méfiance de toute nouveauté, de tout changement. Ce terme s'applique à la pensée du critique d'art et sociologue anglais RUSKIN (1819-1900)

(3) : omnipotence : toute puissance.


A - QUESTIONS

Les réponses à ces questions doivent être entièrement rédigées.

1. Quelles personnes sont représentées par leur pronom "nous" dans le premier paragraphe ?

2. "On" représente-t-il toujours les mêmes personnes dans le texte ? Justifiez votre réponse.

3. Repérez, dans les cinq premiers paragraphes, les arguments des adversaires de la technique. Montrez leur enchaînement et leur progression.

4. Relevez, dans le dernier paragraphe, les procédés de rhétorique liés à la situation particulière de communication.


B - TRAVAIL D'ECRITURE

Rédigez, en vous appuyant sur les données du texte, le plaidoyer que pourrait prononcer un défenseur de la technique.

LE CORRIGÉ

I - FICHE SIGNALETIQUE

Difficulté du sujet : facile pour les questions, délicat pour le travail d'écriture.
Rareté du sujet : originalité du travail d'écriture.
Thèmes abordés : utilité du progrès technique, impact sur l'humanité.
Compétences requises : analyse de l'argumentation, rédaction d'un plaidoyer.
Activités demandées : étude des indices d'énonciation et de la stratégie argumentative, écriture d'un texte original défendant la technique.


II - REACTIONS A CHAUD DU PROFESSEUR

Le texte de Rostand est intéressant dans la mesure où il expose l'opinion d'un scientifique éminent sur les apports et les dangers du progrès technique.
Le questionnaire est conçu d'une bonne manière, suivant une progression logique assez rigoureuse.
Le travail d'écriture est original et ouvre de larges perspectives de développement.


III - TRAITEMENT POSSIBLE DU SUJET :

A - QUESTIONS

1. Les personnes représentées par "nous" dans le premier paragraphe sont les membres et personnalités de la communauté scientifique et, plus largement, les hommes du XXème siècle en général.

2. "On" représente différentes personnes : les inventeurs, les progressistes, les opposants au progrès (DUHAMEL, LAFORGUE).

3. Arguments des adversaires de la technique :

- inutile et dangereuse pour les masses,
- "pourrissement" du coeur des hommes,
- germe de la décadence,
- dépersonnalisation de l'homme, qui rivalise avec la machine,
- monde d'artifice fondé sur les biens matériels,
- création de besoins factices, de tentations,
- culte du robot qui nuit à l'épanouissement de l'âme,
- risque des manipulations génétiques,
- naissance de "l'homo biologicus", à la fois sujet et objet.

On note la progression de l'argumentation : des critiques traditionnelles au risque de déshumanisation avec la notion d'"homo biologicus". Rostand met donc en valeur le plus grand danger à ses yeux de la technique : la déshumanisation.

Vous deviez montrer la qualité des connecteurs logiques : certes, mais, sans parler de, en effet...

4. Procédés de rhétorique liés à la situation particulière de communication

- discours de réponse à l'Académie,
- emploi de la deuxième personne du pluriel qui représente l'interlocuteur de Rostand,
- questions nombreuses,
- utilisation de nombreux exemples,
- réfutation de la thèse adverse par la reprise des mêmes arguments mais "retournés",
- phrase conclusive exclamative.


B - TRAVAIL D'ECRITURE

Il s'agissait d'une imitation, ou d'une reformulation de la manière d'argumenter. En effet, on vous demandait de rédiger le plaidoyer du défenseur de la technique auquel ROSTAND répond dans ce discours.

Le plus simple était de reprendre les principaux arguments de ROSTAND et de les "retourner" mais il fallait aussi en trouver d'autres.

Vous pouviez suivre un plan thématique :

A - INTERET POUR L'INDIVIDU
1 - Confort, bonheur matériel,
2 - Gain de temps, tâches facilitées,
3 - Progrès de la communication,

B - INTERET POUR LA COLLECTIVITE :
1 - Confort, progrès de la médecine, espérance de vie accrue,
2 - Expansion du temps libre,
3 - Progression fulgurante, mondialisation, "pouvoir" de l'homme sur l'environnement.

Vous deviez impérativement écrire un plaidoyer , c'est-à-dire utiliser des procédés rhétoriques liés à cette situation particulière de communication. Vous pouviez, bien sûr, pour cela, vous inspirer de l'argumentation de ROSTAND.


IV - CONNAISSANCES REQUISES

Analyse du texte argumentatif en se fondant sur l'étude des indices d'énonciation. S'appliquer particulièrement aux connecteurs logiques très importants dans ce discours de ROSTAND.

Mettre en valeur des qualités de style pour la rédaction du plaidoyer en faveur de la technique, se montrer aussi convaincant que ROSTAND dans la défense de la thèse, donner l'impression au correcteur qu'il a effectivement sous les yeux un discours inaugural de l'Académie...


V - FAUSSES PISTES

- Il fallait être rigoureux pour ce qui concerne l'identification des pronoms "on" et "nous", qui représentent différents groupes ou individus tout au long du texte.

- Etude obligatoire et détaillée de l'enchaînement et de la progression des arguments dans la question 3.

- Vous deviez être très précis de même dans la question 4 où il fallait définir les procédés de rhétorique liés à cette situation particulière de communication.

- Le libellé du sujet dans le travail d'écriture vous engageait à vous aider des données du texte. L'argumentation devait donc "répondre" à celle de ROSTAND, que vous aviez analysée dans le questionnaire.

- Cet exercice demandait originalité, vivacité, solidité de l'argumentation, qualité et pertinence des exemples.

- Vous ne deviez pas parler en votre nom mais "incarner" un défenseur de la technique.

2021 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite