Suivez-nous
 >   >   >   > Le developpement économique en Asie du Sud-Est

Annales gratuites Bac Pro Secteur Industriel : Le developpement économique en Asie du Sud-Est

Le sujet  2010 - Bac Pro Secteur Industriel - Géographie - Etude de documents Imprimer le sujet
Avis du professeur :
Le sujet du jour porte sur l'Asie, plus particulièrement l'Aise du Sud-Est au regard de son développement économique voire de ses développements (cf question 6). Le sujet, comme souvent en géographie demandait une approche multiscalaire : l'Asie du SE et le monde ; le développement à l'échelle de l'Asie du SE elle-même.

La difficulté résidait dans une bonne analyse des documents et dans l'organisation pour la question 6 d'une pensée rigoureuse abordant le sujet à deux échelles au moins : celle de la « région » et celle des différents Etats, voire à l'intérieur de ces Etats, entre les littoraux et l'intérieur. Une bonne maîtrise des notions géographiques était nécessaire.
LE SUJET

Le développement économique en Asie du SUD-EST

Document 1 : Les principaux ports à containers dans le monde

Document 2 : Le dynamisme de la ville de Shanghai

Document 3 : Le port de Yangshan prés de Shanghai

Document 4 : Les échanges économiques en Asie du Sud-Est

Document 5 : Les principaux indicateurs de population et de richesse en Asie du Sud-Est

QUESTIONS

Question 1 (Document 1)

Quelle place occupent les ports d’Asie du Sud-Est dans le trafic mondial de containers ?

Question 2 (Document 2)

En quoi la ville de Shanghai manifeste-t-elle un dynamisme remarquable ?

Question3 (Documents 1,2 et 3)

A l’aide de ces trois documents, analyser l’importance économique de Shangai à l’échelle mondiale.

Question 4 (Document 4)

Comment l’organisation des échanges traduit-elle le développement économique en Asie du Sud-Est ?

Question 5 (Document 5)

Identifiez les disparités de développement en Asie du Sud-Est.

Question 6

A partir de vos connaissances, des informations tirées des documents et des réponses aux questions, vous rédigerez un texte sur le sujet suivant :

«  Le développement économique en Asie du Sud-Est »



Vous pourrez, par exemple, organiser votre réponse à partir du plan suivant :

  • La place de l’Asie du Sud-Est et les facteurs de son dynamisme économique.

  • Les différences de développement à l’intérieur de cette zone économique.



Document 1 : Les principaux ports à containers dans le monde





Document 2 : Le dynamisme de la ville de Shanghai

Le produit Intérieur Brut (PIB) par habitant de Shanghai est passé à 6000 dollars par an quand le reste du pays se situe à 1000 dollars. Entre 15 et 20 millions de citadins sont agglomérés entre l’ancienne Shanghai de 1950 et la mer. Le delta du Yangzi Jiang est la région la plus développée de la Chine. Avec seulement 2 % du territoire chinois, il possède 10 % de la population, contribue pour 31 % au PIB national et pour 38 % au commerce extérieur. Il demeure la principale destination des investissements étrangers, frôlant les 50%. Plus remarquable encore : dans cette partie de la côte, le dynamisme des entreprises chinoises privées l’emporte sur les corporations sino étrangères, gage d’un développement plus autonome.

Premier port du monde, Shanghai a construit en mer, à 32 km de l’aéroport nouveau de Pudong, le port de Yangshan, sur une plate-forme artificielle de 160 hectares. Il traitera 5 millions de conteneurs d’ici 2020. (…) Mais la force de Shanghai est fondée aussi sur l’existence de nombreuses villes relais qui fournissent une part importante de la production mondiale d’un produit déterminé : Suzhou, 25% des ordinateurs portables et 65% des souris d’ordinateur ; Wenzhou, 50% des chaussures et 90% des briquets ; Fenshui, 80% des stylos billes, etc.

Shanghai a vu sa structure économique changer. L’entrée à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) avait été anticipée dans la finance, les télécommunications, les infrastructures, les infrastructures associées à la téléphonie sans fil, les services aux entreprises et les conseils.

Source : Philippe Pelletier (dir), Géopolitique de l’Asie, Nathan, coll. « Nouveaux Continents », 2006.

Document 3 : Le port de Yangshan près de Shanghai

http://www.icce2010.cn/img/yangshan1.jpg



Port de Yangshan, Chine. Le nouvel aménagement portuaire en eau profonde de Yangshan, près de Shanghai, exige la construction du pont de Donghai de 31,3 km. A l’heure actuelle, les neuf quais en exploitation ont une capacité annuelle estimative de 4,3 millions de conteneurs (équivalents vingt pieds). D’ici 2020, le port devrait compter 29 quais et pouvoir accueillir environ 14 millions de conteneurs.

Document 4 : Les échanges économiques en Asie du Sud-Est

Les échanges de l’IDE (investissements directs étrangers) préparent souvent un glissement des activités industrielles des pays industrialisés vers les pays à faible coût de main d’œuvre. Tout les pays asiatiques, à des degrés divers, sont concernés par ce processus. Pour de nombreuses raisons, la Chine est privilégiée. (…) Un système régional de sous-traitance, d’assemblage et de commercialisation se met rapidement en place. Les différents sites de Toyota aux Philippines, en Indonésie, en Malaisie et en Thaïlande s’échangent par exemple des boîtes de vitesse, des pièces de transmission, des équipements électroniques, voire des moteurs. Des dynamiques comparables se rencontrent également dans des secteurs industriels à fort contenu technologique comme la construction électronique, l’informatique ou les télécommunications. Les trois quarts des téléviseurs et des appareils électroménagers « japonais » sont désormais fabriqués à l’étranger. (…) 60 à 70% des magnétoscopes et du matériel hi-fi à Jakarta, des téléviseurs couleurs en Inde, des téléphones portables en Thaïlande, et des ordinateurs portables dans plusieurs autres pays. Mais il est rare que tous les composants de ces produits soient fabriqués sur place. On a parlé du « circuit intégré asiatique » pour désigner la division régionale du travail qui prévaut dans ce secteur : un ordinateur assemblé à Canton utilise un écran en provenance d’Indonésie, des microprocesseurs fabriqués à Singapour, un clavier monté aux Philippines …

Source : Vincent Thébault,Géopolitique de l’Asie, Nathan, 2006.





Document 5 : Les principaux indicateurs de population et de richesse en Asie du Sud-Est

Source : Armand Colin, Images économiques du monde 2008 et 2009



LE CORRIGÉ
  1. L’ANALYSE ET LES DIFFICULTES DU SUJET


Votre sujet du jour porte sur l’espace géographique que constitue l’Asie du Sud-Est, abordé sous l’angle du développement économique dans le contexte de la mondialisation.

Le sujet pouvait /devait être abordé à différentes échelles :

  • A l’échelle mondiale (l’Asie du Sud-Est et le monde)

  • A l’échelle régionale (les relations entretenues entre les différents Etats constitutifs de l’Asie du Sud-Est)

  • A l’échelle nationale (exemple de la Chine), voire locale (Shanghaï)

Selon l’échelle envisagée, le développement économique n’apparassait pas sous le même angle.


  1. LA PROBLEMATIQUE


La problématique du développement économique devait s’appuyer sur les différentes échelles mentionnées ci-dessus.

Se posait la question du poids de l’Asie du Sud-Est dans la mondialisation et dans l’économie mondiale mais aussi celle des disparités régionales existant à l’échelle de l’Asie du Sud-Est elle-même et des relations entretenues entre les différents Etats la constitutant.


  1. LES REPONSES AUX QUESTIONS


Question 1 : Le document 1 permet visuellement de constater que les ports d’Asie du Sud-Est occupent le devant de la scène internationale du point de vue du trafic mondial. Singapour est de loin le premier de tous en ce qui concerne le trafic de containers, avec Shanghaï qui connait un exceptionnel développement entre 2003 et 2008.

Même Rotterdam semble un port secondaire au vu de cette carte des principaux ports de containers (car c’est bien exclusivement sur ce type de trafic que la carte du jour donne des informations et non sur le trafic portuaire en général). Vous deviez donc affirmer que l’Asie du Sud-Est tient le leadership mondial en ce domaine et que ce leadership semble s’accentuer. L’Europe et les Etats-Unis sont loins derrière.


Question 2 : D’après ce texte de géographe, la ville de Shanghaï apparaît comme une ville extrêment dynamique. Quelques éléments pouvaient être relevés dans le texte pour en attester. Au choix :

  • Un PIB/habitant six fois plus élevé que la moyenne chinoise

  • Une région qui ne représente que 2% du territoire mais 31% du PIB national et 38% du commerce extérieur de la Chine

  • Une région recevant la moitié des investissements étrangers en Chine, preuve de son attractivité

  • Une région où non seulement se développent les entrerpises étrangères mais aussi les entreprises chinoises

  • Le premier port du monde pour le trafic de containers et une desserte aéroportuaire de premier plan

  • Une région alimentée par un arrière-pays fournisseur des produits destinés à l’exportation (villes relais).


Conclure sur une région et une ville modernes en plein boom économique et au développement fulgurant.


Question 3 : Il fallait ici mettre en relation les documents 1,2 et 3 pour bien montrer l’importance économique de Shanghaï, à l’échelle du monde. Les documents 1 et 2 permettaient d’affirmer que Shanghaï est le premier port au monde en ce qui concerne le trafic de containers. Le document 1 mettait en évidence l’accentuation de cette suprématie en montrant une croissance du trafic de 100 à 200% entre 2003 et 2008.

Le texte 2 précise que la région de Shanghaï est celle qui attire le plus d’investisseurs étangers (50%) et que les villes relais qui constituent l’arrière–pays (hinterland) de Shanghaï assurent une part importante de la production mondiale d’un certain nombre de produits destinés à’exportation comme les ordinateurs portables (25%), les souris d’ordinateurs (65% !), des chaussures (50% !), des briquets (90% !!) … Le « made in China » est presque d’après ce texte un « made in Shanghaï » !

Le document 3 enfin mettait en évidence la nécessité, pour faire face à ce développement, de construire un port artificiel (en eaux profondes pour recevoir les porte-containers venus du monde entier s’approvisionner à Shanghaï). Toute la modernité et tout le gigantisme de ce débouché de « l’atelier » ou « usine » du monde qu’est la Chine se traduisaient dans cette réalisation qui n’est pas sans rappeler les terre-pleins du Japon.



Question 4 : L’organisation des échanges présentée dans ce texte de géographe traduit parfaitement le développement économique de l’Asie du Sud-Est.

Tous les Etats (voire toutes les régions d’un même Etat) n’ont pas les mêmes rôles. Le plus ancien « géant économique » de la région, le pôle asiatique de la Triade que constitue le Japon délocalise aujourd’hui sa production industrielle vers des pays asiatiques proches dans lesquels la main d’œuvre, tout en étant docile et bien formée, offre des coûts de production bien moindres que sur l’archipel nippon. Ainsi est donné l’exmple de Toyota qui délocalise partie de sa production automobile aux Philippines, en Indonésie, en Malaisie ou encore en Thaïlande. Certains pays d’Asie du Sud-Est servent donc de pays ateliers à la puissance nippone dans le cadre d’une division internationale du travail. On assiste à un glissement vers ces pays ateliers des activités industrielles de production.

Le second phénomène est qualifié de « circuit intégré asiatique », les différentes pièces nécessaires à l’élaboration d’un produit fini, tel un ordinateur, sont fabriquées dans différents pays d’Asie avant d’être assemblées puis le produit exporté. Chaque pays se spécialise et participe d’un circuit « asiatique » de fabrication. Dans ces circuits, la Chine occupe une place privilégiée de par l’effacité de sa soutraitance, ses capacités d’adaptation et de commercialisation, l’importante offre que constitue sa nombreuse population.


Question 5 : Le dernier document permet d’envisager la problématique à l’échelle plus fine de l’Asie du Sud-Est cette fois. Ce qui était attendu de vous était l’établissement d’une typologie des Etats (constituer des groupes de pays différenciés par les chiffres fournis).

Plusieurs paramètres pouvaient (devaient) être pris en compte :

  • D’un point de vue démographique, la Chine constitue un géant à part forte de son milliard 300 millions d’habitants ! Singapour avec 4.4 millions d’habitants fait figure de nain démographique en comparaison.

  • Mais, la comparaison du PIB par habitant inverse la donne : Singapour arrive en tête, devant le Japon lui-même et est loin devant la Chine avec un chiffre impressionnant de 34.022$ par habitant (contre 2460 à la Chine).

  • Cette dernière en revanche arrive en tête en termes de croissance annuelle avec une croissance qui fait rêver : 10% par an !

Au final on pouvait distinguer :

  • Le Japon, cas à part, pays du « Nord », membre de la Triade, au 7e rang mondial pour son IDH mais dont la croissance s’essouffle quelque peu (2.7%)

  • Les « dragons », ou NPI (nouveaux pays industrialisés) avec une croissance annuel entre 4 et 6.5% et un PIB par habitant fort, un IDH attestant d’un évident développement

  • La Chine, un monstre démographique, à part du fait de sa nombreuse population et en tête en ce qui concerne la croissance de ces dernières années

  • Le Vietnam est quant à lui le représenant des « bébés tigres », nouveaux pays exportateurs, arrivés sur le marché mondial, avec la Thaïlande, la Malaisie, L’indonésie et les Philippines.

Conclure sur la diversité des situations en Asie du Sud-Est attestant d’une réelle disparité de développement ce qui devra être mis en évidence dans la question 6.




  1. LA REPONSE A LA PROBLEMATIQUE


Il s’agissait dans cette dernière question de rédiger une réponse organisée à la problématique du développement économique de l’Asie du Sud-Est.

Vous pouviez vous appuyer sur le plan suggéré, à savoir :


  1. L’Asie du Sud-Est dans la mondialisation

  1. Une plaque tournante de l’économie mondiale

  2. De nombreux atouts et facteurs de dynamisme

  3. Un « circuit intégré » efficace


  1. Un inégal développement économique à l’échelle régionale

1-un géant économique à la croissance ralentie : le Japon

2- de nouveaux pôles de croissance : dragons et bébés tigres

3- Un géant démographique en passe de devenir un géant économique ? la Chine


Conclure en ouvrant sur l’avenir, sur les fragilités et/ou les faiblesses.


Vous deviez dans cette partie bien montrer que vous aviez compris les enjeux du sujet. Pour cela il fallait, ce que suggérait le plan, analyser le développement économique aux échelles du monde et de la région. La typologie suscitée par la question 5 pouvait être reprise et accompagnée d’exemples. Vous deviez apporter des connaissances autres que les informations prélevées dans les documents, éviter la paraphrase et vous efforcer d’exprimer clairement votre pensée en mobilisant le vocabulaire et les notions géographiques appropriés : NPI, pays ateliers, mondialisation, croissance, façade maritime, ZEE, hinterland …


2021 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite