Suivez-nous
 >   >   >   > Mondialisation et intégration

Annales gratuites Bac L : Mondialisation et intégration

Le sujet  2009 - Bac L - Géographie - Etude d'un ensemble documentaire Imprimer le sujet
Avis du professeur :

Le sujet d'étude de documents porte sur l'inégale intégration des régions du monde dans la mondialisation.
Ce sujet est des plus classiques. Comme toute étude de documents, le risque peut être la paraphrase. Il faut aussi voir que le corpus proposé n'évoque la mondialisation que d'un point de vue économique.
LE SUJET


L'espace mondial : une inégale intégration dans la mondialisation

Liste des documents :

Document 1 : Le commerce mondial aujourd'hui
Document 2 : La firme Nike dans le monde
Document 3 : Le commerce extérieur et l'évolution du PIB en Asie orientale
Document 4 : La présence des grands distributeurs mondiaux en Chine
Document 5 : L'Afrique dans la mondialisation



Première partie

Analysez l'ensemble documentaire en répondant aux questions suivantes :

1. Quels aspects de la mondialisation apparaissent dans les documents 1, 2 et 4 ?
2. D'après le document 2, quelles sont les stratégies de l'entreprise Nike dans l'espace mondial ?
3. En quoi les documents 3 et 4 montrent-ils l'inégale intégration de l'Asie orientale dans la mondialisation ?
4. Expliquez en quoi le document 5 confirme mais nuance les documents 1 et 2.

Deuxième partie

À l'aide des réponses aux questions, des informations contenues dans les documents et de ses connaissances personnelles, le candidat rédigera une réponse organisée au sujet :

L'espace mondial : une inégale intégration dans la mondialisation









Cliquez ici pour agrandir l'image >>>

Document 5 : L'Afrique dans la mondialisation

        À lire les statistiques officielles, l'Afrique pèse de moins en moins dans la mondialisation : elle ne capte que 2% des investissements internationaux, ne représente que 2% du commerce mondial, contre 10% dans les années 1970.
        Pourtant (...) l'Afrique est ouverte sur l'économie mondiale. Les ressources pétrolières et minières que recèle son vieux socle géologique en font un continent convoité, dont les activités de prospection sont encore loin d'avoir révélé tous les trésors. Mais les grandes entreprises internationales qui exploitent ces ressources contribuent peu au développement. Elles alimentent surtout une "économie d'enclave" qui enrichit les Etats, mais ne bénéficie pas à la population. Certains s'inquiètent même que l'Afrique ne soit en train de brader son patrimoine naturel sans anticiper l'inévitable déclin de ses ressources : au Gabon, au Cameroun, l'ère du pétrole s'achève, sans que le pays ne se soit développé dans l'intervalle.
        La crise des Etats des années 1990 explique en effet que l'Afrique soit devenue le domaine de la mondialisation sauvage (...). Faux médicaments, déchets toxiques, drogues, armes, diamants, mais aussi contrebande de cigarettes ou de voitures... tous les trafics illicites ont été rendus possibles par l'affaiblissement, voire la disparition du contrôle des territoires, les situations de guerre civile et de criminalisation des économies. (...)
        Mais depuis le début du XXIe siècle, cette situation est en train de changer. Peu à peu, la mondialisation en Afrique s'exerce dans un cadre plus régulé. (...) De nouveau, l'Afrique est devenue un enjeu. Si son marché intérieur est encore limité par la pauvreté de sa population, les immenses besoins non satisfaits des 900 millions d'Africains offrent aux entreprises d'immenses opportunités. Toutes les grandes puissances, du Nord comme du Sud, l'ont compris.

Source : Sylvie Brunel, "L'Afrique dans la mondialisation", La Documentation photographique n°8048, 2005.


LE CORRIGÉ


I - L'ANALYSE ET LES DIFFICULTES DU SUJET

· Les enjeux

Le sujet porte sur le premier cours de la première partie du programme de géographie, c'est-à-dire l'espace mondialisé. Avec quatre cartes sur un ensemble de cinq documents, vous deviez savoir analyser convenablement les représentations cartographiques et surtout les légendes. Aucun document ne posait a priori de problèmes particuliers à condition de bien reprendre les valeurs des données représentées. Les deux premières cartes portaient sur l'espace mondial. Les documents 3 et 4 concernaient un exemple régional (Asie orientale et Chine). Enfin le dernier document, un extrait d'une analyse d'une géographe, vous permettait d'aborder un espace peu inséré dans la mondialisation : l'Afrique. Les documents et les questions devaient vous amener à retrouver les principales thématiques et notions abordées en cours : explosion des flux, délocalisation, ouverture des marchés, intégration régionale, firmes transnationales.

· Les limites

Après la lecture des documents, vous deviez prendre conscience que le sujet porte sur la mondialisation économique. On devait donc constater que d'autres aspects de la mondialisation n'apparaissent pas : les flux humains et les échanges culturels concourent aussi à l'intégration des différents espaces de la mondialisation. Par ailleurs, les aspects financiers sont aussi peu évoqués (bourses, flux de capitaux). Tous ces aspects pouvaient être développés dans la réponse organisée.

II - LA PROBLEMATIQUE

Le sujet proposé vous invitait à mettre en évidence les conséquences de l'ouverture économique des pays et de l'explosion des flux de marchandises sur l'organisation de l'espace mondial : en quoi la mondialisation économique provoque-t-elle une accentuation des clivages mondiaux ? En quoi est-elle aussi source de croissance pour d'autres espaces ?
Vous pouviez aussi considérer que d'autres aspects de la mondialisation doivent être pris en compte : en quoi la mondialisation des flux économiques, mais aussi humains et culturels contribue-t-elle à réorganiser l'espace mondial ?

III - LES REPONSES AUX QUESTIONS

1. L'analyse des documents 1,2 et 4 met en évidence la mondialisation économique.
Le document 1 illustre l'explosion des flux de marchandises notamment au sein de la Triade (Amérique du Nord, Union européenne, Asie orientale). Une analyse fine du document 1 aboutit au constat que les flux économiques se font aussi à l'intérieur de chaque zone (3/4 des échanges de la zone Europe se font à l'intérieur de celle-ci). La mondialisation économique est donc d'abord régionale, même si la plupart des pays du monde appartiennent à l'Organisation Mondiale du Commerce.
Le deuxième document portant sur la firme Nike illustre quant à lui la division internationale du travail favorisée par l'ouverture des économies. Nike produit essentiellement en Asie où les usines de production sont nombreuses. Par contre, les activités de commandement et de recherche sont restées aux Etats-Unis.
On remarquera dans les documents 1 et 2 la marginalisation économique de l'Afrique contrastant avec l'émergence de l'Asie orientale.
Enfin, le document 4 met en évidence la conquête du marché chinois par les firmes transnationales de la distribution : Carrefour, Wal-Mart et Metro. La Chine, marché émergent de première importance devient un enjeu pour les grandes firmes qui cherchent à capter un marché en pleine croissance.

2. Cette deuxième question est véritablement dans la continuité de la première question : il fallait démontrer que Nike utilise la division internationale du travail. En effet, Nike fabrique l'essentiel de ces produits dans des zones où la main-d'œuvre est rentable et qui disposent d'infrastructures portuaires efficaces. On constate que la majorité des usines Nike est située dans des pays émergents asiatiques (Taïwan, Chine, Thaïlande, Indonésie...). D'autres pays émergents sont également des zones de production comme la Turquie (pour le marché européen) ou le Brésil et le Mexique (pour le marché américain).
En revanche, vous pourrez remarquer que Nike a gardé aux Etats-Unis les activités de commandement (siège social). C'est aux Etats-Unis que Nike bâtit sa stratégie même s'il existe deux centres régionaux de coordination (en Europe et en Asie).
On pouvait voir enfin que Nike vend l'essentiel de ses produits aux Etats-Unis et en Europe. On pouvait en conclure que les produits Nike doivent transiter par conteneurs (voie maritime) entre l'Asie, l'Europe et les Etats-Unis.

3. Pour comprendre efficacement le document 3 et ainsi bien répondre à cette question, vous deviez vous rappeler que les pays asiatiques n'ont pas tous commencé en même temps leur développement. Les pays les moins intégrés dans la mondialisation sont ceux qui ont commencé en dernier leur processus d'industrialisation bénéficiant des délocalisations d'autres pays déjà industrialisés comme le Japon, la Corée du Sud ou Taïwan. En ce sens, les pays comme les Philippines et l'Indonésie (un temps appelés Bébés Tigres) exportent moins que la Chine, Taïwan ou le Japon. Leur croissance économique est plus faible que celle de la Chine. La Corée du Nord est quant à elle complètement exclue, il s'agit d'une dictature communiste complètement à l'écart des échanges mondiaux.
En revanche, le document montre bien l'importance en termes d'exportation du Japon (malgré une croissance faible), des Dragons (Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong et Singapour) et surtout de la Chine.
Le document 4 portant sur la Chine mettait en évidence les inégalités régionales à l'intérieur de la Chine même. Si ce pays est en pleine croissance, l'implantation des hypermarchés de marque étrangère se fait essentiellement dans les grandes métropoles orientales (Pékin, Shanghaï, Hong Kong), alors que l'ouest du territoire est quasiment déserté.

4. Le dernier document porte sur la place de l'Afrique dans la mondialisation. Sylvie Brunel indique que l'Afrique ne représente que 2 % du commerce mondial. Le document 1 montre que très peu de flux partent d'Afrique et que la valeur de ceux-ci est faible comparée aux flux économiques échangés entre les pôles de la Triade. L'Afrique n'échange qu'avec l'Europe.
Sylvie Brunel évoque "une économie d'enclave" et indique que l'Afrique dispose de ressources naturelles exploitées mais surtout captées par les pays du Nord. Elle prend l'exemple d'un pays pétrolier, le Gabon, qui n'a pas su amorcer de développement industriel. Le document 2 va dans le même sens. La firme Nike a très peu d'usines en Afrique sauf dans quatre pays : le Maroc, la Tunisie, l'Egypte et l'Afrique du Sud.
Cependant Sylvie Brunel se veut optimiste. Si elle constate que dans les années 1990, l'Afrique a été victime de trafics illégaux et est devenue une décharge (déchets toxiques), elle indique que l'Afrique est une source d'opportunités multiples pour des entreprises cherchant à investir. La chance de l'Afrique reste sa population jeune qui pourrait devenir une main-d'œuvre intéressante pour les firmes transnationales et éventuellement aussi un marché de consommation.

IV - LA REPONSE ORGANISEE

Pour la deuxième partie de l'épreuve, vous deviez bien vous rappeler qu'il fallait ajouter des connaissances personnelles. Or le sujet ne se limitait pas aux documents choisis. On pouvait suivre le plan suivant :

1. La mondialisation, une explosion de flux
● Flux économiques (marchandises)
● Flux financiers (bourses, flux de capitaux)
● Flux humains (migrations, tourisme)
● Flux "culturels"

2. Une intégration favorisée par l'émergence de nouveaux acteurs
● Stratégie des firmes transnationales
● Rôle accru de l'Organisation Mondiale du Commerce (O.M.C)
● Rôle des grands organismes mondiaux (F.M.I, Banque mondiale)
● Rôle des Etats

3. Renforcement des inégalités ou uniformisation de l'espace mondial
● Poids accru de la Triade
● Développement de nouveaux pays (Chine, Brésil, Inde)
● Cas de l'Afrique : marginalisation économique, domination des pays du Nord sur les richesses naturelles, signes d'espoir cependant.

V - LES OUTILS

Mots-clés

Principaux acteurs

Lieux

Intégration économique

Organisation Mondiale du Commerce

Les Nords et les Suds

Division internationale du travail

Firmes transnationales

Triade

Croissance économique

Etats

Métropoles

Bourses

Pays émergents

Espaces marginalisés de l'Afrique


Organisations régionales

Asie orientale en expansion



2019 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite