Suivez-nous
 >   >   >   > Le choeur et le héros

Annales gratuites Bac L : Le choeur et le héros

Le sujet  2002 - Bac L - Littérature - Question Imprimer le sujet
LE SUJET

 

Quelles relations entretiennent le chœur et le héros dans la tragédie que vous avez étudiée ?

LE CORRIGÉ

I - LA FICHE SIGNALETIQUE 

La relation entre le chœur et le héros n'est pas à proprement parler le sujet essentiel de la tragédie. Il s'agit plutôt d'un sujet technique qui engage une réflexion sur la dramaturgie antique. C'est donc une question qu'on aurait pu avoir en question spécifique. Cependant son placement en question générale met l'accent sur la relation entre le chœur et le héros de la tragédie. La question est posée : le chœur n'est-il qu'un "personnage" secondaire ? On pourra voir que selon la pièce étudiée, il peut être plus ou moins actif.

II - LES REACTIONS A CHAUD DU PROF

Ce sujet était plus ou moins incontournable. Sachant que les candidats avaient certainement étudié des pièces différentes de Sophocle, le rôle du chœur était un des "passages obligés" de la préparation. Attention à ceux qui, influencés par le théâtre moderne, auront jugé le rôle du chœur négligeable !

III - UN TRAITEMENT POSSIBLE DU SUJET

Remarque préliminaire
la relation entre le chœur et le héros étant différente pour chaque tragédie, il n'est pas possible de proposer un corrigé "polyvalent". Nous privilégierons donc l'étude d' Œdipe roi et d'Antigone.

Une des particularités du théâtre antique est la présence d'un chœur de douze à quinze personnes chantant et dansant, accompagné d'un joueur de flûte et qui évoluait dans "l'orchestra". Il était conduit par le coryphée, chef de chœur qui intervenait dans les dialogues comme un personnage, et était composé de choristes étroitement intéressés à l'action : hommes ou femmes de la cité où se déroule le drame, femmes, vieillards...

Ce chœur était distinct des acteurs et cette dualité structure la tragédie grecque : y alternent des parties lyriques chantées et des parties récitées dialoguées.
Après le prologue, entrait le chœur qui ne quittait plus l'orchestre, puis se succédaient des épisodes (le plus souvent au nombre de trois), séparés par des chants du chœur. L'exode ou dénouement constitue la sortie du chœur.

1) Dans Œdipe roi, le chœur a une relation ambiguë avec le héros, parce qu'il représente les citoyens qui l'ont porté au pouvoir à la suite de sa victoire sur le Sphinx, et lui ont proposé Jocaste pour épouse. Ils ne peuvent donc sans se déjuger prêter foi aux paroles de Tirésias qui accuse Œdipe d'être le meurtrier recherché. Le chœur représente le peuple et son bon sens collectif : son action traduisait la reconnaissance de la supériorité d'Œdipe sur l'ensemble de la cité. Ne plus le soutenir paraîtrait alors une décision inconséquente. La place de "tyran" ne pouvant être obtenue qu'à l'aide du peuple, dans un premier temps celui-ci ne peut que confirmer son choix.

Il s'ensuit donc des relations complexes entre le chœur et le héros. Paradoxalement Œdipe place dès le début de la pièce sa relation sous le signe de l'autorité. Il exprime sa volonté de retrouver coûte que coûte le meurtrier de Laïos et menace tout Thébain qui ne collaborerait pas à de sévères châtiments. Le chœur s'y soumet mais ne renonce pas à son rôle de conseil (il suggère à Œdipe de consulter Tirésias) et de modérateur (il tente de calmer Œdipe dans ses relations avec Créon et Tirésias). Il ne perd jamais de vue l'objectif prioritaire : sauver la ville de la peste.

En bref, on peut constater que le chœur dans Œdipe roi participe étroitement à l'action, qu'il agit, qu'il commente et qu'il déplore. Il est donc un personnage à part entière.

2) Dans Antigone, les "stasima", parties lyriques chantées par le chœur, au contraire, interrompent momentanément l'action et proposent une réflexion philosophique et religieuse, voire morale.
Le chœur commente plutôt la condition humaine, et implicitement la situation d'Antigone victime et héritière des châtiments qui s'abattent sur les Labdacides. Il condamne "l'hybris", la démesure qui entache chacun des membres de cette famille.
Le coryphée vient à plusieurs reprises dialoguer avec les personnages et commenter leurs états d'âme (l'expressivité du visage est dissimulée sous des masques). Il condamne tout d'abord l'insolence d'Antigone qui défie les ordres de l'autorité royale. Puis après l'intervention d'Hémon et de Tirésias, il décide de défendre ouvertement Antigone car le devin a révélé la volonté des dieux et les hommes doivent s'y soumettre. Il convainc ainsi Créon de revenir sur sa décision mais trop tard.

On le voit à travers ces deux exemples, le dramaturge use d'une certaine liberté dans l'utilisation du chœur. Celle-ci est très variée et le rapide inventaire des relations ébauché ici présente une palette assez complète de ces possibilités.

IV - LES ERREURS A EVITER

Limiter sa réflexion au rôle du chœur. Même s'il fallait présenter sa fonction et les moments de sa présence sur scène, le sujet portait sur ses relations avec le héros.

2021 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite