Suivez-nous
 >   >   >   > L'art

Annales gratuites Bac Hôtellerie : L'art

Le sujet  2010 - Bac Hôtellerie - Philosophie - Dissertation Imprimer le sujet
Avis du professeur :
Le sujet porte sur la technique dans l'art et sur le rôle de la technique dans la création artistique.

Même si les notions sont classiques, les sujets sur l'Art sont difficiles à traiter par les élèves des sections technologiques car ils nécessitent la maîtrise d'exemples qui font souvent défaut aux candidats. Donc un beau sujet mais un sujet difficile.
LE SUJET

L’art peut-il se passer d’une maîtrise technique ?

LE CORRIGÉ

Analyse du sujet

Ce sujet est assez classique : il porte sur les rapports entre l’art et la technique. Les deux notions sont ici rapprochées sans surprise : l’art et la technique sont deux termes qui s’opposent à la nature. Ce n’est que tardivement que l’on a réservé le terme « art » pour désigner « les beaux-arts », par opposition à l’artisanat. Il est donc tentant de poser la question de la distinction entre l’art et la technique, de manière générale.

La distinction, classique, entre art et technique était en effet nécessaire ici : la technique se définit comme l’ensemble des moyens créés par l’homme pour atteindre ses fins, alors que l’art est souvent caractérisé comme ce qui ne vise pas d’autre fin que l’œuvre elle-même (on ne se sert pas d’une œuvre d’art pour autre chose). On caractérise alors la technique par l’utilité et l’art par la beauté.

La difficulté était de porter son attention sur l’intitulé précis du sujet pour éviter un propos trop général sur les notions.

Il fallait donc s’intéresser de près aux autres termes du sujet :

-« Se passer de » c’est « ne pas dépendre de » : il fallait donc se demander si l’art dépendait ou non de la maîtrise technique, autrement dit si on peut faire de l’art sans aucun savoir faire, sans connaître les procédés, sans maîtriser les outils d’un art. Pour le dire autrement : l’art peut-il être spontané, immédiat ?

- Maîtriser c’est dominer, posséder ou encore connaître. Ces sens sont distincts et permettent des lectures un peu différentes du sujet. Une connaissance technique, c’est un savoir-faire. L’artisan par exemple connaît son art au sens où il sait de quelle manière il doit procéder pour obtenir tel ou tel résultat (le potier sait comment faire fonctionner son tour, et comment le manier pour obtenir telle ou telle forme). Cela suppose un apprentissage, des règles et des contraintes, qui peuvent sembler opposées à l’idée qu’on se fait de l’art. Mais maîtriser une technique cela peut aussi vouloir dire prendre le dessus sur elle (comme on maîtrise un adversaire) : dans ce cas l’art dépasserait la maîtrise technique, même s’il peut en dépendre au départ.

problématique

Par définition, la maîtrise technique ne peut être qu’un moyen pour l’art. Comme pour tous les moyens, la question est alors de savoir si on peut s’en passer : si je peux arriver à la même finalité (l’œuvre d’art), sans me servir de ce moyen (la maîtrise technique), alors c’est que la maîtrise technique n’est pas indispensable à l’art.

Or, pour le savoir, il faut pouvoir définir ce qui est de l’art et ce qui n’en est pas : cela pose le problème du critère par lequel on peut reconnaître une oeuvre d’art. Si la maîtrise technique constitue un tel critère, alors l’art ne peut pas se passer de cette maîtrise technique.

Si l’art peut exister indépendamment d’une maîtrise technique, alors on peut imaginer un artiste peintre qui n’aurait aucune connaissance technique du dessin, des couleurs, des différents outils et instruments propres à l’art pictural. Cela paraît absurde car une certaine maîtrise technique semble toujours nécessaire.

Cette idée peut pourtant être remise en question de deux manières : d’abord en observant certaines œuvres d’art contemporaines comme celles de l’art brut. Cet art est fait par des malades mentaux ou des personnes n’ayant jamais étudié en école d’art et on voit bien que la beauté de leur création ne procède pas de modèles ou de techniques connus et reconnus mais d’une invention libre et débridée. L’art brut oppose souvent à la « perfection » artistique la grossièreté de ses matériaux ou de ses techniques.

Par ailleurs, il ne suffit pas de maîtriser une technique pour être un artiste : certaines personnes dessinent très bien, et possèdent naturellement une certaine maîtrise technique d’un art, sans pour autant être des artistes. Cette dernière idée permettrait de relativiser le rôle de la maîtrise technique dans l’art.

La boîte a outils : idees et connaissances utiles pour traiter le sujet

Il y a deux opinions communes qui s’opposent sur cette question :

  • Celle qui consiste à définir l’art comme une activité libre, spontanée, qui n’admet aucune contrainte, ce qui revient à opposer la démarche artistique à la maîtrise technique, qui suppose de procéder par ordre et en respectant certaines règles.

  • Celle qui consiste à ne considérer comme œuvre d’art que ce qui a demandé un certain savoir-faire, ce que « tout le monde » ne peut pas faire, justement parce que cela exige une certaine maîtrise technique. Par exemple, on distingue le bruit de la musique par le fait que la musique suppose la maîtrise technique de l’instrument.

On pouvait partir de l’une ou de l’autre pour les remettre en question avec les arguments suivants :

Il y a bien des « écoles des beaux-arts » ce qui suppose que pour devenir un artiste il faut d’abord se soumettre à des règles (les « règles de l’art ») et acquérir des techniques.

Si l’artiste imagine à l’avance l’œuvre qu’il veut réaliser, il faut bien qu’il mette ensuite en place les moyens pour réaliser ses fins (buts) : il y a pour l’art les mêmes exigences que pour la technique. On pouvait à cet égard utiliser la référence à Marx qui distingue de cette manière le travail humain (art et technique) et l’activité animale.

Mais inversement, cela nous conduit alors à nous demander ce qui permet de distinguer l’art de la maîtrise technique : si l’artiste n’est pas un artisan, c’est que la maîtrise technique n’est en tout cas pas suffisante pour qu’il y ait de l’art. Dans ce cas on doit se demander comment caractériser l’art au delà de la simple maîtrise technique, et se demander par conséquent si cette caractérisation permet de se passer de la maîtrise technique elle-même. En effet : on peut reprocher à Picasso de dessiner comme un enfant, mais c’est ignorer qu’il maîtrisait parfaitement la technique du dessin. Pourtant, ce n’est pas par cette maîtrise technique que Picasso est reconnu comme un artiste de génie.

On peut caractériser l’art indépendamment de la maîtrise technique : par exemple, Bergson explique que l’œuvre d’art est celle qui nous permet de voir le réel autrement. L’artiste est celui qui perçoit le monde dans sa singularité, indépendamment des besoins de l’action. Par conséquent, on peut considérer comme artistique toute démarche qui nous permet de regarder les choses autrement. Il suffit parfois de déplacer un objet, pour changer notre perception (la référence au dadaïsme et à certaines installations de l’art contemporain pouvait être utile ici).

La question reste alors de savoir quel est le rôle de la maîtrise technique dans l’art. Une piste serait de considérer que maîtriser une technique c’est justement ne pas en dépendre : l’artiste serait, comme nous le montre l’exemple de Picasso, celui qui maîtrise une technique suffisamment pour s’en libérer et créer au-delà du simple respect des règles de l’art. C’est la définition que donne Kant du génie.

2021 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite