PROFITEZ DE LA VERSION MOBILE !
Avec la version mobile, je consulte rapidement les résultats disponibles et crée mes alertes pour être informé directement par e-mail ou SMS des résultats en attente.
Suivez-nous
 >   >   >   > Colette, " En baie de somme"- Question

Annales Brevet Série Collège : Colette, " En baie de somme"- Question

Le sujet  2010 - Brevet Série Collège - Français - Questions Imprimer le sujet
Avis du professeur :
Les connaissances requises vont de la comparaison, la métaphore à la distinction sens propre / sens figuré, puis à la notion de coordination et de rapport logique.

Il suffisait donc de lire attentivement le texte. Rien de plus.

Beau temps. On a mis tous les enfants à cuire ensemble sur la plage. Les uns rôtissent sur le sable sec, les autres mijotent au bain-marie dans les flaques chaudes. La jeune maman, sous l’ombrelle de toile rayée, oublie délicieusement ses deux gosses et s’enivre, les joues chaudes, d’un roman mystérieux, habillé comme elle de toile écrue…

- Maman ! …

- …

- Maman, dis donc, maman ! …

Son gros petit garçon, patient et têtu, attend, la pelle aux doigts, les joues sablées comme un gâteau…

- Maman, dis donc, maman…

Les yeux de la liseuse se lèvent enfin, hallucinés, et elle jette dans un petit aboiement excédé :

- Quoi ?

- Maman, Jeannine est noyée, répète le bon gros petit garçon têtu.

Le livre vole, le pliant tombe…

- Qu’est-ce que tu dis, petit malheureux ? ta sœur est noyée ?

- Oui. Elle était là, tout à l’heure, elle n’y est plus. Alors je pense qu’elle s’est noyée.

La jeune maman tourbillonne comme une mouette et va crier… quand elle aperçoit la « noyée » au fond d’une cuve de sable, où elle fouit¹ comme un ratier…

- Jojo ! tu n’as pas honte d’inventer des histoires pareilles pour m’empêcher de lire ? Tu n’auras pas de chou à la crème à quatre heures !

Le bon gros écarquille des yeux candides².

- Mais c’est pas pour te taquiner, maman ! Jeannine était plus là, alors je croyais qu’elle était noyée.

- Seigneur ! il le croyait !!! et c’est tout ce que ça te faisait ?

Consternée, les mains jointes, elle contemple son gros petit garçon, par-dessus l’abîme qui sépare une grande personne civilisée d’un petit enfant sauvage…



¹ « Fouir » : creuser à la manière d’un petit chien (ratier).

² « Candides » : innocents, naïfs.



Colette, « En baie de somme », Les Vrilles de la vigne (1908).



I. Une famille à la plage

1) A quoi les enfants sont-ils comparés dans le premier paragraphe ? Justifiez votre réponse en relevant le champ lexical dominant.

2) Que font les deux enfants avant que Jojo ne vienne voir sa mère ? Justifiez vos réponses en citant le texte.

3) a. Que fait la mère dans le premier paragraphe ?

b. Par rapport à ses enfants, quelle est la conséquence de cette activité ?

4) a. Dans la dernière phrase du premier paragraphe, le verbe s’enivrer (ligne 3) a-t-il son sens courant ? Justifiez votre réponse.

b. Quelles sont la nature et la fonction du mot « hallucinés » (ligne 11) ?

c. Comment expliquez-vous l’emploi de « hallucinés » par rapport à celui de « s’enivre » ?

II. L’action

1) Quels sont les procédés utilisés pour souligner que le dialogue entre la mère et l’enfant piétine tout d’abord ?

2) « Le livre vole, le pliant tombe… » (ligne 15) ;

a. Quelle réaction de la mère cette phrase traduit-elle ?

b. Nommez deux procédés d’écriture utilisés pour souligner cette réaction.

3) « Alors… » (ligne 17) :

a. Remplacez l’adverbe « alors » de la ligne 17 par une conjonction de coordination de même sens.

b. Quel rapport logique ces deux mots expriment-ils ?

c. Quel aspect de la personnalité de Jojo apparaît ici ?

4) Précisez au moins deux reproches exprimés par la mère contre son fils des lignes 20 à 25.

5) « Seigneur ! il le croyait !!! et c’est tout ce que ça te faisait ? » (ligne 25) :

a. Comment la ponctuation est-elle utilisée dans cette phrase ?

b. Quel est le sentiment de la mère ainsi souligné ?

III. Une scène de comédie

1) Montrez que ce texte se rattache au genre théâtral. Montrez ensuite en quoi il en diffère. Justifiez votre réponse en vous appuyant sur l’ensemble du texte.

2) Lignes 18-19 :

a. A quoi la mère est-elle comparée ? A quoi la fille est-elle comparée ?

b. Quel est le point commun entre ces deux comparaisons ?

3) Qu’y a-t-il de comique dans la façon dont Jojo annonce à sa mère la noyade de Jeannine ?

IV. Pour conclure

En vous appuyant sur l’ensemble de vos réponses, indiquez si la mère vous paraît correspondre totalement à l’expression « grande personne civilisée » et l’enfant à l’expression « petit enfant sauvage ». Justifiez votre réponse.

Réécriture

Réécrivez le texte des lignes 1 à 13 en utilisant le système des temps du passé (plus-que-parfait, imparfait, passé simple).



2014 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite
Résultats dnb 2013

Consultez les résultats du bac, BTS, CAP, BEP

Corrigés du dnb

Consultez les corrigés du bac