Suivez-nous
 >   >   >   > L'agriculture américaine

Annales gratuites Bac L : L'agriculture américaine

Le sujet  1998 - Bac L - Géographie - Dissertation Imprimer le sujet
LE SUJET

L'agriculture américaine : sa place dans l'espace et l'économie du pays, son rôle dans le monde.

Le croquis, obligatoire, fera apparaître les principaux espaces agricoles et leurs dynamiques.

LE CORRIGÉ

I - NATURE ET DEMARCHE

Le sujet à traiter est un classique du bac depuis des temps immémoriaux et pouvait donc apparaître sans difficultés majeures.

Il fallait en effet dresser le tableau de cette agriculture puissante et dévoreuse d'espace, la répartition traditionnelle de ses productions, mais une part importante devait être laissée aux évolutions récentes dont certaines contredisaient les représentations habituelles.

C'est ici que résidait la difficulté d'un devoir qui demandait aussi une bonne maîtrise des données macro-économiques dans la perspective de mettre en valeur leur influence sur l'organisation de l'espace agricole américain.

L'introduction devait bien sûr rappeler succintement la place de l'agriculture américaine à l'échelle planétaire.

La notion de "grenier du monde" pouvait servir de point de départ, de par la puissance qu'elle suggère mais aussi de par les phénomènes de concurrence qu'elle peut sous-entendre.

Le plan pouvait s'organiser autour d'une première partie descriptive, une seconde anlytique et une troisième typologique préparant la représentation cartographique.


II - CONNAISSANCES ESSENTIELLES

A - LA PREMIERE AGRICULTURE MONDIALE

1. Une agriculture puissante

Cette partie résolument descriptive, quitte à être un peu ennuyeuse...

Les Etats-Unis sont à la fois premier producteur et exportateur dans le monde de produits agricoles.

On pouvait rappeler ainsi qu'ils occupent le premier rang pour le maïs, le deuxième pour le coton et les agrumes, le quatrième pour le blé et l'élevage.

Vous pouviez parler de la production spectaculaire du soja en précisant qu'il représente 51% de la production mondiale.

Dès lors, on comprenait mieux sa place au sommet de la hiérarchie du commerce agricole dont la particularité est d'être à la fois sous le contrôle de grandes firmes multinationales et des marchés à terme (bourse de Chicago notemment) américains.


Cette dernière remarque vous permettait de préciser la place de l'agriculture dans l'économie nationale ("l'agribusiness").


2. Les bases la puissance

Il fallait dresser ici les facteurs de la puissance de l'agriculture des Etats-Unis.

Ils pouvaient être répertoriés en trois grandes catégories :

a) Potentiel cultivable :
18% des terres arables du monde dont l'exploitation très rarement intensive offre la possibilité d'extension plus dense.

b) Aptitudes naturelles :
La variété climatique offre un large éventail de productions :
- blé, betterave, en milieu tempéré
- coton, canne à sucre, agrumes en milieu tropical, etc.

c) L' action de l'homme :

IL fallait ici évoquer :
- l'irrigation (plus de 20 million ha de terres irriguées utilisent 40% de l'eau utilisée aux Etat-Unis)
- le mode de mise en valeur de l'espace agricole ( le Land And Ordinance Act de 1785 a favorisé le développement d'exploitations agricoles familiales).

Au terme de cette description, il était intéressant de rappeler la représentation traditionnelle de la répartition des grandes productions nationales (Milk Belt dans les Grands Lacs, Cotton Belt dans le Vieux Sud, Wheat Belt dans les Grandes Plaines et Corn Belt dans le Middle West).


B - LES EVOLUTIONS RECENTES

Deux thèmes pouvaient être retenus :

1. Une forte productivité

Un agriculteur américain nourrit en moyenne soixante personnes et produit trois fois plus que son concurrent européen.

Cette rentabilité repose sur une agriculture très mécanisée, pratiquée par des diplômés et utilisant des méthodes culturales adaptées (recherche agronomique et génétique - penser au maïs transgénique par exemple).

Cette évolution est à l'origine de deux phénomènes récents caractéristiques.

- La concentration des exploitations qui disposent en moyenne de 185 ha et qui sont fortement intégrées à l'industrie.

- Un "univers" sans bras : la ferme à un seul homme est désormais un modèle courant.


2. Une agriculture dépendante

Trois acteurs agissent sur le secteur agricole.

- L'Etat fédéral
Depuis le "New Deal" (1933), il intervient systématiquement pour soutenir ses agriculteurs.

Aujourd'hui, 35% de leurs revenus sont le fait de l'aide publique (le Farm Bill est ainsi voté tous les cinq ans).

Il est aussi intervenu pour soutenir son agriculture contre la concurrence croissante de l'Union Européenne.

- Le commerce mondial
Avec 15% des exporations mondiales, les américains qui ont déjà cédé d'importantes parts de marché doivent contenir leurs concurrents ( cf. lenteur des négociations de l'Uruguay Round) s'ils ne souhaitent pas voir le secteur agricole sinistré.

- L'importance de l'"Agribusiness"
Il était entre autre possible de montrer comment l'agriculteur est à la fois bénéficiaire et tributaire des activités en amont et en aval de la production agricole.

Il est bien souvent pris en tenaille entre la nécessité de l'endettement pour rester compétitif et des prix de vente de ses produits qui répondent plus aux intérêts des grandes firmes multinationales qu'aux siens propres.


B - LES DYNAMIQUES DE L'ESPACE AGRICOLE

Il fallait montrer ses mutations récentes. On assiste à une double évolution.

a) L'éclatement des Belts
Avec l'irrigation, la Cotton Belt est devenue une zone d'intense culture du soja et du blé, associée à l'élevage avicole.

Les autres Belts ont désormais joint à leur dominante des cultures de complément.

b) Les systèmes spatiaux agricoles
La remise en cause des Belts s'explique par le développement d'une nouvelle géographie plus économique de l'espace agricole.

On distingue en effet :

- Les ceintures de l'agriculture capitaliste (situées près des grandes agglomérations urbaines avec 46% du chiffre d'affaire agricole).
- Les ceintures de l'agriculture familiale (dans les anciennes Belts en voie de diversification, avec 40% du chiffre d'affaire agricole).
- Les marges agricoles (exploitations peu rentables des montagnes et zones boisées).

La carte devra donc tenir compte :

- de la représentation traditionnelle des Belts
- des espaces en mutation ou en déclin (Plaines centrales, Appalaches et Vieux Sud)
- des régions intégrées à la demande urbaine (Nouvelle-Angleterre, Grands Lacs, zones irriguées du Texas, de la Californie ou de la Floride, et enfin des franges urbaines de la Mégalopolis).

2019 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite