Suivez-nous
 >   >   >   > La Côte d'Ivoire

Annales gratuites Bac L : La Côte d'Ivoire

Le sujet  1996 - Bac L - Géographie - Dissertation Imprimer le sujet
LE SUJET

Situation et voie de développement de la Côte-d'Ivoire.

La carte, obligatoire, présentera les contrastes de la mise en valeur du territoire ivoirien.

LE CORRIGÉ

I - NATURE DU SUJET

Il s'agit d'une dissertation qui nécessite de la part du candidat des connaissances précises. C'est le sujet-type de la question de cours.

La carte de synthèse à joindre ne doit pas être négligée ou bâclée puisqu'elle compte pour un quart de la note.

Connaître les problèmes du développement ne suffit pas car la Côte d'Ivoire présente une spécificité : en Afrique, elle est le seul pays à avoir basé son développement sur l'agriculture.

CARTE NON REPRESENTEE

II - LES CONNAISSANCES REQUISES

Il faut indiquer d'emblée que ce sujet appartient à la deuxième partie du programme, les mutations de l'espace mondial, et au chapitre sur l'Afrique face au développement.

Il faut montrer en quoi la voie de développement choisie par la Côte d'Ivoire diffère sensiblement de celle suivie par un pays comme l'Algérie, autre pays au programme.

III - DEMARCHE ET DONNEES PRINCIPALES

Dans l'introduction, il convient de présenter brièvement le pays : sa localisation géographique, les chiffres concernant sa superficie et sa population.
Son niveau de revenus, comparé à celui de ses voisins immédiats, peut permettre de poser la question de ses choix de développement.

Le plan suivant pourrait être suivi :

A - LES CHOIX ECONOMIQUES ET LES PERFORMANCES DE LA COTE D'IVOIRE

La Côte d'Ivoire fournit l'exemple unique d'un pays qui a basé son développement sur l'agriculture alors que la quasi-totalité des états africains voyaient dans une industrialisation à outrance le seul espoir de sortie du sous-développement.

Peu peuplé, dépourvu de matières premières, le pays a misé sur les cultures d'exportation (cacao, café, ananas, hévéa), et sur l'exploitation de son bois.
L'agriculture emploie environ 60% des actifs et contribue pour moitié aux exportations du pays.

Le pays est le premier exportateur mondial de cacao, le cinquième de café, et se situe parmi les meilleurs d'Afrique pour le coton, l'ananas, le caoutchouc, le sucre, les bananes, le riz et le manioc.


B - LES CONDITIONS FAVORABLES A L'ESSOR IVOIRIEN

Ces conditions sont d'abord la personnalité du premier président ivoirien, Félix Houphouet-Boigny, et la stabilité politique qu'il a réussi à conserver à son pays.

Cette stabilité a largement contribué à l'afflux des capitaux étrangers, notamment français, pays avec lequel la Côte d'Ivoire entretient d'excellentes relations.

Dernier atout : une main-d'oeuvre bon marché, originaire en grande partie des pays voisins (Burkina, Ghana, Mali, Guinée...)


C - LES LIMITES DU "MIRACLE" OU LE MALAISE IVOIRIEN.

Parmi les difficultés que rencontre cette stratégie de développement, il faudrait citer :

- La déforestation massive que connaît le pays.

- La dépendance accrue à l'égard du marché mondial avec la fluctuation des cours des matières premières qui peuvent déboucher parfois sur de véritables émeutes, comme en 1990.

- L'agriculture vivrière subit le contrecoup de cette politique toute entière tournée vers l'exportation puisqu'elle est négligée, ce qui oblige le pays à de coûteuses importations.

- Un endettement important à l'égard des organismes financiers handicape les efforts du pays.

- Des inégalités régionales et sociales importantes subsistent dans le pays et sont à l'origine d'une contestation politique assez inhabituelle dans le pays.


LES CONTRASTES DE LA MISE EN VALEUR (carte)

La carte doit montrer l'opposition entre le Nord consacré essentiellement à la culture du coton, pourvoyeuse de main-d'oeuvre pour le Sud.

Le Sud fournit les principales ressources (coton, café, ananas, hévéa...). Là sont situés les ports et les villes les plus importants du pays (Abidjan, Bouaké, San Pedro...).


IV - LES ERREURS A NE PAS COMMETTRE

Il faut éviter de plaquer sur la Côte d'Ivoire une stratégie de développement qui n'est pas la sienne, celle du Brésil ou de l'Algérie, par exemple.

Travailler sans suivre un plan, les idées étant jetées en vrac sans ordre, serait aussi une erreur à ne pas commettre.

2019 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite