Suivez-nous
 >   >   >   > Sophocle l'hybris

Annales gratuites Bac L : Sophocle l'hybris

Le sujet  2003 - Bac L - Littérature - Question Imprimer le sujet
LE SUJET

Dans la tragédie de Sophocle que vous avez étudiée, analysez les formes et les effets que revêtent l'orgueil et la démesure.

LE CORRIGÉ

I - L'ANALYSE DU SUJET

La question invite à étudier les deux pôles de l'hybris, l'orgueil et la démesure et à analyser leurs manifestations et leurs conséquences.

II - LES REACTIONS A CHAUD DU PROFESSEUR

Le sujet ne doit pas surprendre le candidat. Il correspond à une question nécessairement abordée lorsqu'on étudie une tragédie de Sophocle : l'hybris ou démesure.

III - UN TRAITEMENT POSSIBLE DU SUJET

Remarque préliminaire : les protagonistes des différentes pièces de Sophocle ont en eux cette démesure ; mais d'une pièce à l'autre elle se manifeste différemment. Il n'est donc pas possible de proposer un corrigé "polyvalent". Nous privilégierons donc les pistes de réflexions sur la tragédie d'Oedipe Roi, et accessoirement d'Antigone.

Tous les héros de Sophocle se caractérisent par une dimension qui ne se réduit pas à un trait de caractère, l'hybris, c'est-à-dire, l'orgueil et la démesure. Il ne s'agit pas d'une simple fierté, ou d'une prétention, mais d'un excès de confiance dans sa propre perspicacité qui pousse le héros jusqu'à défier les dieux parfois, quitte à ce qu'ils le châtient.
Dans la tragédie Oedipe Roi le héros éponyme, Oedipe est arrivé au faîte des honneurs et du pouvoir du fait de sa seule intelligence. Ayant résolu l'énigme du Sphinx et ayant délivré Thèbes du monstre, il est porté au pouvoir par le peuple, devient "tyran" (par opposition au "basileus" dont la royauté est héréditaire) et épouse Jocaste dont il a quatre enfants. Cette position sociale, il ne la doit qu'à ses propres capacités. Or, vieillards et enfants viennent le trouver pour les débarrasser d'un nouveau fléau : ils ont confiance en lui, ils reconnaissent son autorité ; depuis son investiture il a été un roi compétent. Tout pousse donc Oedipe à se surestimer.
Quant à Antigone, qui s'estime au-dessus des lois humaines, elle ne doute jamais de sa juste cause, elle est inébranlable dans ses décisions.

Les manifestations de cet orgueil transparaissent dès le prologue d'Oedipe Roi "moi que tous appellent l'illustre Oedipe", dit le héros dès sa prise de parole. Les colères d'Oedipe trahissent aussi sa démesure en le poussant à la violence verbale et à des positions proches de l'abus de pouvoir : dans l'agon avec Tirésias il se moque de lui, le méprise, et méprise ses dons divinatoires : "on a bien vu que tu ne l'avais pas" (ce don de divination).
Comme Antigone qui s'entête, il devient intolérant, n'écoute plus les conseils de ses proches ou de ses serviteurs. Il peut menacer de violences physiques le serviteur "si tu ne parles pas de bon gré, tu le feras par la force".
Les deux héros, Antigone comme Oedipe, en arrivent à défier ceux qui sont des obstacles à leur volonté : Antigone défie la politique de Créon, Oedipe défie la Religion et Tirésias.

Les conséquences dans les deux cas sont funestes : Antigone meurt, entraînant dans sa mort le malheur de Créon dont tous les proches décèdent ; Oedipe est banni de Thèbes, mais dans un geste qui marque à la fois la sanction des dieux et la persistance de son orgueil, de l'affirmation de sa dignité d'homme et la revendication orgueilleuse de sa responsabilité, il se crève les yeux. Il échappe, quand même, pour une part à l'inéluctable destin.

Conclusion : L'hybris a plus qu'une fonction dramatique dans les tragédies de Sophocle. Elle constitue l'essence même du tragique : car plus la démesure est grande et plus la chute est terrifiante.

IV - LES ERREURS A EVITER

  • Raconter la vie d'Oedipe.
  • Négliger un des deux aspects que le sujet demande d'étudier.
  • Sous-estimer la dimension tragique de l'hybris.
  • 2019 Copyright France-examen - Reproduction sur support électronique interdite